Depuis 1842, date à laquelle David Haviland quitte les Etats-Unis pour s’installer à Limoges, le nom Haviland n’a cessé de briller au firmament de la Porcelaine de Limoges. Aussi loin que l’on remonte, on ne peut que constater l’influence de la Manufacture sur les Arts de la Table. Un parcours jalonné de médailles, un esprit d’entreprise particulièrement incisif, un avant-gardisme permanent tant au niveau des formes et des décors que de l’outil industriel, un talent sans frontières : Haviland, depuis plus d’un siècle et demi, confirme son leadership sur le monde de la porcelaine.

Le succès de la porcelaine Haviland passe par la séduction qu’elle a su susciter. Ainsi, nombreux sont les artistes qui ont créé pour la célèbre maison. De Bracquemond à Dammouse en passant par Dufy, Suzanne Lalique, Sandoz, Kandinsky, Cocteau, Dali…, les créateurs les plus talentueux et inspirés de leur temps ont participé à rendre plus vivante encore la noble matière de la porcelaine.
Les plus grandes cours du monde, les plus grands chefs d’état n’ont pu, eux non plus, résister à l’attrait de cette porcelaine d’exception. Aux Etats-Unis, Lincoln, Grant, Hayes, Roosevelt ont confié à Haviland, le soin de créer leur service. Le marché français n’est pas en reste. De l’impératrice Eugénie en passant par Raymond Poincaré, Georges Daladier, Vincent Auriol, René Coty, le général de Gaulle ou encore Jacques Chirac, tous ont plébiscité Haviland. Citons encore la reine Maria Pia du Portugal, l’empereur Guillaume II, l’empereur du Japon, la cour royale du Maroc.

Précurseur, Haviland l’est incontestablement. Depuis toujours ! Chaque époque est en effet marquée de son empreinte. Adaptation de la technique de la taille douce à la décoration sur porcelaine, généralisation du décor par impression ou décalque, apparition permanente de formes nouvelles, introduction du céladon, de l’ivoire et du bleu ciel et du lavande sans oublier la réalisation de milliers de décors originaux… le talent ne s’invente pas !

Installée dans une usine ultra moderne depuis le début des années quatre-vingt-dix, la Manufacture a su conserver son savoir-faire ancestral. Le résultat : des rééditions prestigieuses de décors classiques mais aussi de nouvelles créations raffinées et résolument contemporaines.

Les années passent, les modes aussi. Mais chez Haviland, l’innovation se perpétue avec cette même constante créativité et cette même passion de la porcelaine.

UN PEU D’HISTOIRE … HAVILAND

Le premier Haviland connu, Peter de Havilant, quitte la Normandie pour accompagner Guillaume le Conquérant à la bataille de Hastings. Après avoir livré bataille, il lui fut remis le sceau représentant trois tourelles. Cette tour symbolique qui a traversé toute l’histoire des Haviland a longtemps figuré sur les estampilles.

Installés aux Etats-Unis vers 1650, les Haviland se passionnèrent très tôt pour la vaisselle de table. En 1838, David Haviland ouvre à New York, une affaire d’importation de faïence et porcelaine. C’est là qu’une charmante dame vient lui demander de remplacer sa soucoupe ébréchée. Il découvre, à cette occasion, la qualité exceptionnelle de la Porcelaine de Limoges. Poussé par sa passion, il traverse l’Atlantique et arrive à Limoges en 1842 où il fonde sa propre manufacture. C’est la première fois dans l’histoire qu’un américain décide de construire une usine en Europe.

Très rapidement, son entreprise fut couronnée de succès. Ses fils, Charles et Théodore, la développèrent et en firent l’une des plus importantes manufactures européennes.
Dès 1853, David Haviland remporta son premier prix à l’Exposition du Crystal Palace à New York, enthousiasmant le public américain, et en 1867 le premier prix de l’Exposition Universelle pour le service de table  » Gothique « . Depuis cette époque les Haviland obtiennent toutes les médailles.

LA PORCELAINE DE LIMOGES

Depuis 1771, date à laquelle ont été fabriquées les premières porcelaines de Limoges, la notoriété de la porcelaine de Limoges s’est développée au point que le seul nom de Limoges évoque instantanément l’art de la porcelaine.

Le kaolin fut découvert dans la région limousine en 1768. Cette terre, que l’on connaissait en Limousin depuis 1765, n’avait pas tout de suite été reconnue comme du kaolin. A l’origine cette argile très blanche aurait été utilisée par l’épouse du docteur Darnet à Saint-Yrieix-La-Perche qui avait trouvé ce matériau sur ses terres et qui lavait son linge avec cette poudre blanche qui faisait merveille… Le kaolin est découvert ! Son exploitation débute.

Cette matière première fut considérée par certains historiens comme l’or blanc du Limousin. C’est dans la fabrique de faïence qui existait à Limoges depuis 1736 que la fabrication de la porcelaine de Limoges commença en 1771. L’intendant du Limousin, Turgot, dota cette fabrique d’une nouvelle vitalité. Les capitaux furent apportés par deux industriels locaux, les frères Grellet et le savoir-faire par Fournérat, associés au propriétaire de la faïencerie, Massié. Dès 1773, elle devient la Manufacture du Comte d’Artois qui autorise l’utilisation de ses initiales Limoges CD sur chaque pièce.

Depuis lors, la renommée de la porcelaine de Limoges n’a cessé de se développer à travers le monde.